Paul SIGNAC (Paris, 1863 - 1935). Le port...

Lot 71
Aller au lot
12 000 - 18 000 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 24 000 EUR

Paul SIGNAC (Paris, 1863 - 1935). Le port...

Paul SIGNAC (Paris, 1863 - 1935).
Le port de Vannes.
Aquarelle et crayon graphite sur papier signée en bas à droite, située et datée 1924 en bas à gauche.
Haut. : 29 cm - Larg. : 43 cm

Une attestation de Madame Marina Ferretti sera remise à l'acquéreur.

Au tournant du siècle, Paul Signac se libère de la rigueur néo-impressionniste pour évoluer vers une touche plus large et des couleurs plus vives. Sur les recommandations de Camille Pissarro, il se lance avec conviction dans la représentation à l’aquarelle, technique convenant parfaitement à sa soif dévorante d’expression.
En 1928, il débute un projet d’envergure pour le collectionneur Gaston Lévy, fondateur des magasins Monoprix : celui de constituer une série d’aquarelles de cent ports de France. Pendant trois ans, il sillonne avec sa palette toutes les côtes du pays, cherchant constamment à traduire les variations de l’atmosphère, les instants les plus fugaces.
Au fil de l’eau, il écrit à son commanditaire : « Une bonne leçon d’énergie [...] Songez que certains effets n’ont duré que deux minutes, que j’ai eu juste le temps d’en noter « la clef » et qu’il faut maintenant reconstituer le petit drame du souvenir, en évitant d’y introduire des éléments contradictoires, petit jeu passionnant, croyez-le bien ».
Sur notre œuvre, il fixe le souvenir du port de Vannes au 27 mai 1924. Le trait de crayon est sûr et rapide, la touche spontanée et libre, les couleurs pures et vibrantes. L’artiste laisse transparaitre entre chaque note colorée la blancheur lumineuse du papier pour mieux en rehausser l’éclat.

Bibliographie :
Marina Ferretti-Bocquillon, P. Signac [exposition, Fondation Pierre Gianadda, 18 juin au 23 novembre 2003], Martigny, Fondation Pierre Gianadda, 2003.

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue